Les actus

Pro D2
anciens_brive

La Chronique de l’Ancien

COURS DE CONJUGAISON

En quelques années dans l’antichambre de l’élite, le club aixois a eu maintes fois l’occasion de se frotter à des clubs dont le palmarès est plus long que le bras d’un basketteur américain. Et de gagner parfois même. Pour sa première saison chez les Pros, en 2004-2005, j’ai le souvenir de matchs contre Toulon et le Racing, au Stade Georges Carcassonne. Creux de vagues pour des clubs venant du haut du panier et destinés à y retourner, premiers sommets pour des Provençaux qui découvraient alors le monde du rugby musclé au professionnalisme, même si plusieurs Noirs avaient déjà connu ce niveau. Voire mieux.

Mais les Aixois ont aussi croisé des packs moins huppés, des clubs qui, comme eux, essayaient de se faire une place au soleil du Pro D2. Et, bien évidemment, perdu un peu vite des rencontres que l’on croyait gagné. La vie est un éternel recommencement disait l’autre. C’est au final le lot de toutes les équipes, punies dès que le niveau d’exigence n’est pas conforme à celui de la motivation. Et vice-versa.

« le salut viendra par le jeu.
A ne pas confondre avec le « je »,
mais bien au contraire porté par le « nous » »

Pour palier ces montagnes russes d’émotions et de performances, le remède est aussi simple à énoncer que compliqué à mettre en œuvre. Simple, parce qu’il tient en un mot : jouer. Compliqué parce que ce verbe ne supporte pas l’impératif. A l’instar de l’enfant, on ne s’amuse pas sur ordonnance mais quand les conditions le permettent…

Cette saison, les Noirs se sont imposés de belle manière contre Mont-de-Marsan, venu en Provence dans la peau du leader du Pro D2. Ils ont aussi explosé contre Massy, lanterne rouge du championnat. Il existe sans doute plein de raisons techniques, tactiques, physiques, psychologiques et une multitude d’autres « hic » susceptibles de mettre en lumière le spasme impromptu, mais nul doute que le salut viendra par le jeu. A ne pas confondre avec le « je », mais bien au contraire porté par le « nous »…

Le nous est une équipe, un club, un stade. Une foule de supporters au milieu desquels quelques vieux crampons grincheux donnent des cours de conjugaison en éclusant un gorgeon.

Je joue, tu joues, il joue, nous jouons…

 

Jean-Luc Chovelon

* Jean-Luc Chovelon, ancien joueur du club, a longtemps été journaliste avant de se consacrer à l’écriture pour les entreprises comme pour les particuliers. Plus de renseignements sur son site chovelon.com.

brive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *