Les actus

F1 Elite
chovelon10_01

La chronique de l’Ancien

Avant chaque rencontre à domicile, Jean-Luc Chovelon livre sa Chronique de l’Ancien. Lors de la prochaine rencontre face à Bourgoin, vendredi soir, la génération 2003/3004, championne de France sera mise à l’honneur.

LA CELEBRATION DES FAISEURS DE RÊVES

chovelonAlors que Provence Rugby entre ce soir face à Bourgoin-Jallieu dans le rugby hivernal, si essentiel d’un point de vue comptable, de glorieux aînés sont mis à l’honneur, coupables de la première montée du club aixois en Pro D2. C’était il y a près de 15 ans, en 2003-2004 pour être précis lors d’une saison parachevée par un titre national, un bouclier comme on dit en rugby, celui de Fédérale 1.

En ce temps là, il n’y a avait pas de championnat d’élite de Fédérale 1 mais 48 équipes réparties en quatre poules. Les quatre premiers de chacune d’entre elles se qualifiaient pour les phases finales qui, à partir des huitièmes de finale et sur un seul match, laissait le perdant sur le carreau. Seuls les finalistes étaient promus… Laissons aux théoriciens du rugby la paternalité des multiples changements de formule des divers championnats. Il n’empêche, si ce championnat était à deux vitesses, les phases finales du printemps permettaient de vivre de l’épique, de l’héroïque. Les montagnes pouvaient y être bousculées et les belles histoires naître, pour peu que les joueurs aient l’âme des héros et la générosité débordante. Parce que c’est ça un titre, c’est une histoire d’amour qui finit bien…

Il y a des titres qui sont le point final d’une saison remarquable en tous points. Et puis il y en a d’autres, plus rares, qui sont vertigineux parce que le fond du gouffre a été sondé. C’est le cas de cette équipe aixoise. Deux défaites à domicile au début de l’hiver valant la mise à l’écart des deux entraîneurs Christian Nussbaum et Thierry Fournier et le retour du magicien de service, André Dupouy avec Léon Loppy à son côté, pour une fin de saison ascendante. Puis une orgie de jeu en huitième face à Oloron (45-35), un récital d’efficacité face à Nîmes (vainqueur deux fois en poule) en quart (18-12), une leçon de pragmatisme pour la montée en Pro D2 face à Tours en demie (9-3) et tout à l’énergie en finale face au Stade Bordelais (21-12). Le rugby est tellement simple quand on gagne…

Dans cette équipe née du rêve de Lucien Simon, au sein d’un club en pleine ascension qui avait connu la montée en Fédérale 2 en 1998 et celle en Fédérale 1 en 2001, les talents avaient du caractère. Une bonne part de culture istréenne (Istres a longtemps été le phare du rugby provençal), des talents de premier ordre venant de Toulon, quelques extra-terrestres ayant atterri dans le coin à l’instar du Béglais Sébastien Conchy et une poignée de pépites formées au sein du club aixois… S’il n’y a pas de recette pour gagner, des ingrédients de qualité sont indispensables.
Avant le match de vendredi soir face à l’équipe de Bourgoin-Jallieu, un club qui lui aussi s’est construit dans l’épique, accueillez ces pionniers avec générosité : ils ont l’âme des faiseurs de rêve…

Jean-Luc Chovelon*

(*) Jean-Luc Chovelon, ancien joueur du club, a longtemps été journaliste avant de se consacrer à l’écriture pour les entreprises comme pour les particuliers. Plus de renseignements sur son site chovelon.com.

600x126-pr-bourgoin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *