Les actus

Pro D2
ancien

La chronique de l’Ancien

Avant chaque match à domicile, Jean-Luc Chovelon* livre sa Chronique de l’Ancien. Cette semaine, il nous en dit plus sur une initiative du club de supporter aixois : Lou Maï. 

Lou Mai, c’est pas du cinéma…

Moi, ancien parmi d’autres, j’ai découvert l’autre week-end une des facettes du club que j’ignorais encore. Ou, tout du moins, une expérience que je n’avais pas encore vécue. J’ai été joueur, capitaine, entraîneur, dirigeant (en coup de vent, je veux bien l’admettre), j’ai été journaliste  pour des matchs de séries régionales et pour des matchs internationaux, j’ai côtoyé une multitude d’individus dans le milieu du rugby, des hommes et des femmes de toutes qualités…

Bref, j’ai fait un large tour de ce monde en évitant les raccourcis, en traînant dans les vestiaires d’après-match, les salles de presse désertes et les bars surpeuplés, mais je n’avais encore jamais suivi de rencontre à la télé avec un club de supporters. Alors, pour assister au match face à Mont-de-Marsan, je suis allé vivre cette expérience ultime au club house. Et sincèrement, je ne m’attendais pas à ça…

Une pleine salle avait assisté à la rencontre

A ma décharge, à mon époque, les retransmissions des matchs d’Aix étaient très rares. Quelques films Super 8, voire en VHS, mais c’est tout. Sauf une fois, je m’en rappelle bien, c’était à la fin des années 70. Une opération de com diligentée par la Fédé proposait un dispositif assez étonnant. Un match était filmé puis diffusé quelques jours plus tard sur grand écran, celui d’un cinéma, en présence de quelques personnalités du monde du rugby avec qui un débat s’ensuivait.

Au Cinévog (actuellement le cinéma Le Renoir sur le Cours Mirabeau), une pleine salle avait assisté à la rencontre que nous avions disputé face à Port-de-Bouc le dimanche d’avant, et qui avait été… une véritable boucherie. En présence de Christian Carrère, ancien capitaine du XV de France venu prêcher la bonne parole du ballon ovale, il n’y avait eu aucun débat tant les images projetées ne servait en rien l’objectif de la promotion. D’ailleurs, je n’ai plus jamais entendu parlé de cette opération…

Là où se concentre l’essence de la passion.

Tout ça pour dire que suivre la diffusion d’un match des Noirs aixois est un luxe assez récent qui profite bien évidemment au supportariat. Et là, au club house du Stade Maurice David, l’expérience m’a permis de plonger dans les entrailles de ce club, là où son coeur bat. Retrouver Milou, la Grande, Tonio, c’est se rapprocher de la matrice originelle. Côtoyer celles et ceux qui, aujourd’hui, vibrent avec leur équipe qui joue à plusieurs centaines de kilomètres, c’est sans conteste se trouver au meilleur endroit, là où se concentre l’essence de la passion.

Et en plus, les Noirs ont gagné…

Jean-Luc Chovelon*

* Jean-Luc Chovelon, ancien joueur du club, a longtemps été journaliste avant de se consacrer à l’écriture pour les entreprises comme pour les particuliers. Plus de renseignements sur son site chovelon.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *