Alexis Driollet dit stop

 

Alexis Driollet :

« je n’ai pas envie de me mettre plus en danger »

 

En arrêt de travail jusqu’à fin janvier pour une succession de commotions cérébrales, Alexis Driollet a finalement décidé d’en rester là avec le rugby et ses violents contacts. Du moins, jusqu’à la fin de cette saison, moment où il fera un point définitif. Mais à travers son interview, on comprend bien que la fin de la carrière du valeureux troisième ligne est proche. Drioll’ s’explique. Avec le discernement et la réflexion qui accompagnent toujours ses entretiens.

Alexis, tu étais en arrêt jusqu’à la fin du mois de janvier pour une répétition de commotions, qu’en est-il aujourd’hui ?

driolletJ’ai fait un K.O. contre Bourgoin. Comme à chaque fois que je fais un K.O., pendant une semaine, j’avais l’impression d’être un petit vieux. J’ai fait des examens au niveau cérébral et cervical, qui n’ont heureusement pas révélé de lésion, mais ça fait trois commotions cérébrales dans une année, dont une avec perte de connaissance pendant plus de quinze secondes, les deux dernières étant assez rapprochées… J’encaisse de moins en moins bien les chocs et si je fais un historique de mes onze ans de rugby professionnel, j’ai fait énormément de commotions et ça commence à plus que m’inquiéter. Certains joueurs arrêtent lorsqu’ils en font quatre ou cinq et moi, je dépasse allègrement la dizaine. C’est difficile de me dire que si j’en refais une, ça pourrait s’aggraver.

On comprend que cela dépasse le cadre du rugby, et que c’est l’après-rugby qui est en jeu…

Exactement, je pense à l’après-rugby. J’espère, et je pense, que je n’aurais pas de séquelles plus tard. Mais si lésion il doit y avoir, on le verra dans une dizaine d’années. Et je n’ai pas envie de me mettre plus en danger. Je pense que j’ai largement dépassé la limite…

C’est la fin de la carrière d’Alexis Driollet ?

C’est difficile pour moi de le dire. Je ferai un point en fin de saison. C’est difficile de dire « oui, c’est la fin de ma carrière » parce que c’est brutal… Mais je n’ai plus envie de me retrouver seul dans un vestiaire à ne plus savoir où je suis, à avoir l’impression d’avoir le soleil en plein visage pendant trois-quart d’heure, de prendre ma douche tout seul en ne sachant plus vraiment ce qu’il s’est passé… Ça m’est arrivé une dizaine de fois dans ma vie. Quand j’avais 20 ans, je serrais les dents et je me disais : « c’est le métier qui rentre » mais aujourd’hui je ne suis plus prêt à être dans cet état là.

« Rugbyman dans l’âme »

Ce doit être encore plus difficile de dire « stop » au moment où l’équipe se bagarre en fin de tableau…

driollet2C’est un crève-cœur parce que quand tu es joueur de rugby, tu as envie que l’équipe dans laquelle tu es engagée ailles bien. Après, je pense qu’il y a beaucoup plus de positif qu’en début de saison… Pour revenir à ma situation, j’en rêve toutes les nuits : toutes les nuits je suis dans un vestiaire, j’imagine que je traverse le terrain… C’est pas quelque chose de facile pour moi. J’ai commencé le rugby à 6 ans. C’est ce qui a construit la personne que je suis et je dois avouer que oui, c’est très compliqué.

Ton programme pour les prochains mois ? Tu vas continuer l’entraînement ?

Bien sûr. Je reste un sportif et un rugbyman dans l’âme. Je suis tous les jours en préparation physique.

En tout cas, les media de Provence Rugby sont ravis et imaginent très bien une reconversion comme consultant. Ça te dit ?

Pourquoi pas tiens… (rires) Avec grand plaisir !

 


Les commotions cérébrales au centre des préoccupations

« En France, il n’y a pas de statistiques précises et la seule évaluation pragmatique est celle concernant le foot US, où la problématique est inquiétante. Donc oui, le rugby est un sport qui comporte des risques mais la prise en charge des joueurs et les dispositifs de prévention sont de plus en plus poussés. La mise en place des protocoles commotions pendant les matchs ou des délais de récupération sont des mesures qui vont dans ce sens là », Patrice Halimi, médecin référent Provence Rugby

Galerie photos :

Partager cet article sur les réseaux :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Ces articles pourraient vous intéresser :

Blog, Équipe Pro

26/02/2024

Gagnez 2 places VIP en élisant le Provençal du mois !

Qui a été, selon vous, le meilleur joueur de Provence Rugby au mois...

Blog, Équipe Pro

26/02/2024

Angoulême 33 – 15 Provence : résumé vidéo

Le résumé de la rencontre Soyaux-Angoulême – Provence Rugby, remporté par les locaux...

Blog, Équipe Pro, A la une

23/02/2024

Compte-rendu : Angoulême 33 – 15 Provence

Dominés dans beaucoup de domaines, les Provençaux rentrent à vide d’Angoulême, qui a...

Blog, Équipe Pro

22/02/2024

Compo : Teimana Harrison en capitaine à Angoulême

Voici la composition de l’équipe qui sera alignée ce vendredi soir sur la...

Formation

21/02/2024

Alessio Contigliani : Un jeune Provençal en Bleu

Nous sommes très fiers d’annoncer la sélection en Équipe de France Moins de...

Blog, Équipe Pro

20/02/2024

L’arrivée de Tornike Jalagonia actée pour la saison 2024/2025

Provence Rugby est très fier d’officialiser l’arrivée de l’international géorgien Tornike Jalagonia (28...

Deviens un

Provençal

Ne manque plus aucune information sur ton club de rugby préféré en t’inscrivant à notre newsletter dès maintenant!