Ruck Magazine : Provence Rugby joue dans l’avancée

Malgré une dernière place au classement synonyme de relégation à l’étage inférieur, Provence Rugby a franchi de nombreuses étapes la saison dernière. Des étapes concrètes que nous passons en revue. Et qui posent de solides fondations pour la suite. Qui passera par la Fédérale 1. Extension du stade, fréquentation, Campus, Ecole des XV… Ruck Magazine réalise l’introspection. C’est le dossier de ce numéro 51 (A retrouver dans notre médiathèque), dont vous retrouverez d’autres éléments demain sur provencerugby.com.

 

A quoi reconnaît-on un grand club ? La question peut susciter le débat, certes, mais les titres gagnés sont forcément un premier indicateur objectif. En revanche, la capacité à durer au plus haut niveau est certainement le meilleur baromètre de la stabilité d’un club. Bourgoin fête cette année ses 110 ans d’histoire. Tarbes, ses 115 ans. Le Rugby Club Narbonnais célèbre quant à lui ses 109 printemps pendant que le Biarritz Olympique souffle sa 103ème bougie cette saison.

Tous ces clubs ont marqué le rugby français mais il y a quelques semaines, ces quatre papas du rugby ont eu chaud. Si la cause du TPR fut entendue depuis bien longtemps avec une relégation administrative actée en cours de saison (!), les trois autres étaient convoqués par la DNACG pour répondre d’une situation financière plus ou moins délicate. Et le couperet est tombé pour les trois premiers : relégation à l’étage inférieur, en première division amateurs. En appel, ceux-là ont eu gain de cause, et les prochaines échéances de la DNACG pourraient leur donner quelques nouvelles sueurs froides.

De son côté, Denis Philipon, président d’un Provence Rugby qui « fait partie des bons élèves auprès de l’organe de contrôle et de gestion auprès de la LNR », possède ses propres convictions sur le sujet : « Un grand club, ce n’est pas simplement des résultats sportifs, même si c’est ce dont on parle le plus. Ce sont beaucoup d’autres choses : des infrastructures, de la formation, des jeunes joueurs, des moins jeunes, une équipe première, une démarche commerciale, du marketing, des dirigeants bénévoles, des éducateurs compétents… C’est un tas de choses. Malgré cette place de 16ème, nous avons beaucoup, beaucoup avancé cette saison. »

 

« C’EST AUJOURD’HUI L’ACTIF LE PLUS FORT DU CLUB »

1Car oui, sur le terrain, les Noirs n’ont pas réussi à sauver leur peau. Ce championnat de Pro D2 fut certainement le plus difficile de son Histoire puisqu’avec un total de dix succès, Provence Rugby en est le « meilleur » dernier dans son format actuel (16 clubs depuis 2002). Pas de quoi pavoiser, c’est vrai. Mais le rugby est en train de changer, c’est une certitude : Vannes atteint la Pro D2, Strasbourg en devient un candidat sérieux, Rouen aussi, Nantes et Dijon, en accédant cette saison à la Fédérale 1, le seront probablement bientôt. On aime ou on n’aime pas, mais les futures places fortes de l’ovalie se dessinent aujourd’hui sur une carte du rugby dont on n’aurait même pas imaginé les contours il y a dix ans. C’est avec cette toile de fond et, en même temps, un immense fossé entre rugby amateur et professionnel, que Provence Rugby continue d’avancer.

Et de structurer ses fondations : « la première grande étape, la saison dernière, a été de constituer une équipe de 35 joueurs professionnels qui se nourrissent des échanges avec un Centre de Formation de 15 joueurs qui interagit lui-même avec une Académie de Formation de 20 joueurs. Tous ceux-là ont été entourés de 4 préparateurs physiques, d’un staff médical élargi et d’entraîneurs, des Cadets aux Espoirs, qui ont fait un travail de grande qualité. Enfin, nous nous sommes dotés d’un staff technique qui, pour la première fois de notre Histoire, possède trois entraîneurs à plein temps : Marc (Delpoux, entraîneur général), « Ged’ » (Fraser, entraîneur des trois-quarts) et Patrick (Pezery, entraîneur des avants) », déroule le président Philipon. La base. Et l’arrivée de ce trio (Patrick Pezery faisait déjà partie du staff de Christian Labit, ndlr) a nettement amélioré la qualité de jeu provençale. A Maurice-David, les Noirs ont remporté dix matchs sur quinze 2avec un Jannie Bornman qui fut certainement l’une des meilleures recrues de ces dernières saisons. Et le public le leur a bien rendu en montrant une fidélité jamais observée. Même en plein cœur de l’hiver et malgré des résultats décevants. Depuis le mois d’août, plus d’un match sur deux s’est disputé à guichet fermé, réunissant 4000 spectateurs en moyenne. Il y a quatre ans, lors de la dernière saison en Pro D2, ils étaient tout juste plus de 1000 à garnir les travées d’un stade qui, il faut bien l’avouer, avec sa piste d’athlétisme et sa tribune sans toit, ouverte aux quatre vents, ne donnait guère envie. « Cette fréquentation, c’est aujourd’hui l’actif le plus fort du club », estime le président. De quoi voir plus grand ?


Campagne d’abonnement 2016-2017 Provence Rugby par ProvenceRugby

 

UNE DIZAINE DE CLUBS PARTENAIRES

La réponse est oui. Cet été les travaux d’agrandissement du stade Maurice-David démarrent et porteront la capacité d’accueil à 9000 places (voir encadré, publication demain). « Cela nous permettra d’inviter les dirigeants et les écoles de rugby de nos clubs partenaires », se réjouit Christophe Serna, président de l’Association Provence Rugby. Car cette volonté d’embarquer toute une région dans l’aventure Provence Rugby s’est aussi concrétisée l’année dernière. Avec une dizaine de clubs du comité de Provence devenus alliés, et non plus concurrents : « nous avons conclu une dizaine de partenariats avec les grands clubs de la Métropole, du département, et de l’ensemble de la Provence, explique-t-il. Ces partenariats permettent de travailler tous unis sur une base de 8.000 licenciés. Aujourd’hui, avec 18.000 licenciés, le comité de de Provence se place en 4ème position sur le plan national. C’est une vraie force vive. Nous souhaitons nous appuyer sur notre comité pour avoir des échanges et fidéliser les meilleurs joueurs, plutôt que de les voir partir loin. Nous voulons permettre à ces joueurs de progresser sans être totalement coupé du cocon familial. L’idée générale, c’est de ne pas juste vivre « entre nous », autour d’Aix- en-Provence, mais d’essayer de vivre une aventure beaucoup plus globale, plus puissante et plus fédératrice », détaille Christophe Serna.

Avec, comme vision idéale, de voir les meilleurs joueurs provençaux intégrer l’équipe première de Provence Rugby. Et éviter une fuite des talents devenue inéluctable, ce qui passe par une formation au niveau des plus grands clubs français. Sur le même longueur d’onde que Mourad Boudjellal, son homologue du RCT, Denis Philipon explique : « nous voulons ancrer la formation au cœur de notre responsabilité et de notre engagement. Et ce n’est pas facile. Aujourd’hui, la formation n’est pas un actif dans un club de rugby. Que vous formiez des jeunes, que vous investissiez sur les éducateurs, sur les structures… ou pas, c’est malheureusement quasiment la même chose. Mais nous croyons au rugby français, à l’équipe de France… Et nous croyons qu’il y aura des réformes qui récompenseront ceux qui investiront sur la formation. Aujourd’hui, nous prenons des décisions très lourdes sur l’investissement autour de la formation. Ce sont des décisions pas évidentes à prendre mais on y croit : c’est important que nos jeunes soient formés de la meilleure des façons ».

CecotEn ce sens, si les deux pensionnaires du centre de formation Sonny Cecot (ci-contre) et Florian Munoz ont signé pro cet été, la création de l’Académie de Formation, avec ses 20 pensionnaires « particulièrement suivis » par la direction et le staff technique pour les « accompagner le plus loin possible », a apporté une nouvelle dynamique dans le domaine. Des entraînements spécifiques leur sont proposés et la « progression technique de ces jeunes éléments est incontestable. Ils sont beaucoup mieux armés pour appréhender le haut niveau », juge Nicolas Mestre, entraîneur à l’Académie. Un travail sur la quantité qui a payé cette saison : à quelques journées de la fin, les Espoirs étaient qualifiables, les Crabos, en finissant 6ème de leur poule du championnat de France, devancent des clubs comme Bourgoin ou Béziers, pendant que les Cadets atteignent le top 16 français et sont champions de Provence (voir page 18).

UN CAMPUS AU CŒUR DE L’AVENTURE

Avec 650 licenciés, il y a de quoi faire à Provence Rugby. Mais ce potentiel démographique se heurte à la contrainte d’espace. Avec un terrain sur trois inutilisable et un synthétique traumatisant les organismes, les joueurs pros sont obligés de s’entraîner sur le terrain principal. Celui des matchs officiels. Ce qui est bon pour les repères, l’est beaucoup moins pour l’état de la pelouse, changée l’été dernier. Depuis plus de trois ans les procédures s’enchaînent mais ça y est, Provence Rugby va avoir son centre d’entraînement, au beau milieu d’un campus etourisme du sport qui concentrera toutes les initiatives du groupe Voyage Privé « pas le plus luxueux, sûrement pas, parce que nos convictions nous font dire que ce n’est pas dans le luxe qu’on obtient les meilleures performances, mais l’un des plus performants d’Europe. 3Ce seront des structures à notre image : professionnelles mais extrêmement raisonnables », avance Denis Philipon, qui va plus loin dans la description : « 3 hectares et demi sur la zone de la Constance dans lequel se côtoieront le siège de Voyage Privé, les locaux de l’Ecole des XV, très probablement le centre de tourisme ESCAET (école supérieure de commerce spécialisée tourisme, ndlr) duquel nous nous rapprochons pour former les meilleurs éléments de Voyage Privé, les bureaux de Provence Rugby et, sur le stade Yves Rénier, un terrain de rugby qui sera un parfait complément à ce que nous avons à présent. Car aujourd’hui, nous n’avons pas suffisamment d’espace pour croître alors que la demande sur le territoire est immense. Notre objectif, c’est clairement d’établir des passerelles entre les différentes énergies », note Denis Philipon. Début des travaux : octobre 2016. Fin prévue : début 2018. Soit demain… Et une preuve irréfutable de l’investissement du groupe Voyage Privé sur le long terme.

La saison dernière, l’objectif sportif de Provence Rugby n’est clairement pas atteint, avec cette place de 16ème au soir de la dernière journée du championnat, malgré un budget qui le plaçait dans la première moitié de la Pro D2. Si les économistes du sport soutiendront mordicus que classement des budgets et classement sportif sont étroitement liés, cela dépend forcément de la phase de croissance dans laquelle se situe un club. Avec cette stratégie que le président n’hésite pas à dévoiler : « si vous attribuez l’ensemble de vos revenus à la masse salariale, lorsqu’un jour vous traversez une tempête et que vos résultats ne sont plus proportionnels à ce que vous investissez, vous êtes à genoux. En revanche, lorsque vous équilibrez ces revenus parmi tous les ingrédients d’un club, même quand vous avez une petite faiblesse sportive, vous avez des infrastructures, vous avez une équipe commerciale, vous avez 280 partenaires et vous ne vous retrouvez pas avec un club porté sur une seule jambe, mais qui est très équilibré. C’est ce que nous avons essayé de faire ces dernières années ».

C’est ça un (futur) grand club ?

 

Julien Sanchez (Ruck Magazine #51)

Galerie photos :

Partager cet article sur les réseaux :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Ces articles pourraient vous intéresser :

Équipe Pro, A la une, Blog

23/02/2024

Compte-rendu : Angoulême 33 – 15 Provence

Dominés dans beaucoup de domaines, les Provençaux rentrent à vide d’Angoulême, qui a...

Blog, Équipe Pro

22/02/2024

Compo : Teimana Harrison en capitaine à Angoulême

Voici la composition de l’équipe qui sera alignée ce vendredi soir sur la...

Formation

21/02/2024

Alessio Contigliani : Un jeune Provençal en Bleu

Nous sommes très fiers d’annoncer la sélection en Équipe de France Moins de...

Blog, Équipe Pro

20/02/2024

L’arrivée de Tornike Jalagonia actée pour la saison 2024/2025

Provence Rugby est très fier d’officialiser l’arrivée de l’international géorgien Tornike Jalagonia (28...

Blog, Évents partenaires

20/02/2024

Provence Rugby / Vannes : business club (16/02/24)

Ce Provence Rugby fut aussi une belle soirée dans nos espaces de réception...

Formation

20/02/2024

Nos Alamercery et nos Crabos qualifiés !

Après la première phase de poules, nos deux équipes se sont qualifiés pour...

Deviens un

Provençal

Ne manque plus aucune information sur ton club de rugby préféré en t’inscrivant à notre newsletter dès maintenant!